LES BLAGUES DES ÉTUDIANTS DE L'ENSIPif










Les 34 blagues du tome 2






Sommaire des blagues du tome 2

  1. Le castor. Une blague proposée par Angélica
  2. L'employé
  3. Perles des assurances
  4. Dix raisons pour lesquelles les chats valent mieux que les bébés
  5. Trente ans de prières. Une blague proposée par Paul
  6. Logique. Une blague proposée par Jacques-Henri
  7. Définitions
  8. Au cabaret. Une blague proposée par Sabine
  9. Us et coutumes
  10. Batman. Une blague proposée par Picorna
  11. L'ivrogne. Une blague proposée par Christian
  12. Le sexe de l'ordinateur !
  13. La femme enceinte. Une blague proposée par Jérémie
  14. Cruel.
  15. Brèves de Michel Audiard
  16. Perles des assurances
  17. L'enterrement. Une blague proposée par Jean-Claude
  18. Le Capitaine Courage Une blague proposée par Hélène
  19. Lettre à BELGACOM. Une blague proposée par Arnaud
  20. Colonie de vacances. Une blague proposée par Sylvélie
  21. Natation encore. Une blague proposée par Christophe
  22. Préservatifs. Une blague proposée par Christophe
  23. Le programmeur et le bug de l'an 2000. Une blague proposée par Talboum
  24. Toto. Proposée Une blague proposée par Christophe
  25. La femme parfaite. Une blague proposée par Denis
  26. Salon de coiffure. Une blague proposée par Faouazi
  27. Check-up. Une blague proposée par Julia
  28. LE BÊTISIER DE LA GENDARMERIE
  29. Le bêtisier des recruteurs
  30. Le vendeur. Une blague proposée par Éric
  31. Le Suisse.
  32. La véritable histoire d'Éve
  33. L'éléphant. Une blague proposée par Julien
  34. L'américain

1 Le castor.

Un jeune homme invite sa toute derniere conquête à son appartement. Dès qu'elle entre dans le salon, la fille remarque: "Quel superbe canapé...".

Il répond: "Oui, c'est Jocelyne, mon ex-petite amie qui me l'a offert. C'était pour mon anniversaire il y a trois ans."

Pour être aimable, elle lance: "tu collectionnes les tableaux ?"

"Non", retorque-t-il, "c'est Isabelle, une ex qui était peintre. Lorsque nous nous sommes separés, elle m'a laissé ses peintures."

Les deux jeunes gens passent à la cuisine et la fille remarque: "Le design est très sympa aussi." Il réplique derechef en souriant: "Ça, c'est Anne-Marie, ma première copine. Elle était dans la déco !"

L'hôte invite alors la jeune femme à visiter la chambre à coucher. La fille demande: "je parie que ça aussi, c'est une "ancienne" qui te l'a offerte..." Il rétorque: "ben oui... Tu as deviné, C'est Geraldine qui a acheté le lit et l'armoire !"

Et là, c'en est trop... La jeune femme se retourne brusquement et lui administre une grande baffe en pleine figure. Elle quitte l'appartement et juste avant de claquer la porte, lui crie: "Je n'ai rien à faire avec un castor".

Il en reste sans voix. Et après s'être remis de cette fin de soirée brutale, il se demande ce qu'elle voulait bien dire en parlant de "castor".

Il réflèchit vainement pendant un bon quart d'heure. Finalement, il ouvre son dictionnaire: "Voyons... Castor: nom masculin, animal qui bâtit son habitat avec sa queue."


2 L'employé

Un employé se rend au bureau du responsable des paies et lui montre son chèque:

- Il manque vingt dollars sur mon chèque du mois, dit-il.

- C'est exact, mais vous oubliez que vous avez reçu vingt dollars de trop la semaine dernière. C'est curieux, mais vous ne vous êtes pas plaint à ce moment-là?!"

- Une erreur, ça va, je peux passer dessus, répond le gars, mais pas deux d'affilée!


3 Perles des assurances

  • Pour l'instant, je n'ai aucune assurance chez vous, sinon celle de votre considération distinguée.
  • Vous me dites que l'accident ne rentre pas dans le champ de la garantie, mais, en tous cas, la voiture de mon voisin est rentrée dans mon champ.
  • Ayant prononcé quelques invectives à l'encontre de cette conductrice, celle-ci m'a semblé froissée, mais moins pourtant que la tôle de ma voiture.
  • Vous m'avez conseillé d'assurer ma voiture pour l'usage promenade, mais j'ai oublié de vous préciser que tous les dimanches, j'allais raccompagner ma belle-mère qui vient déjeuner à la maison. Puis-je, en toute honnêteté, considérer ce déplacement comme promenade.
  • Je m'interroge au sujet de mon assurance vie: ai-je intérêt à décéder tout de suite ou dois-je attendre l'âge de la retraite?
  • Ma femme s'entête à vouloir conduire à nouveau la voiture quand elle sera à la retraite. Je lui ai dit que vous nous feriez payer plus cher parce qu'elle n'a pas conduit depuis dix ans et que vous aviez dit qu'elle était novice, mais ça lui fait plaisir. Pas de payer plus cher, mais d'être encore novice à son âge.
  • J'ai été heurté de plein fouet par un poteau électrique.
  • J'avoue que je n'aurais pas dû faire demi-tour sur l'autoroute avec ma caravane, mais j'avais oublié ma femme à la station-service.
  • Il est exact que mon chien a mordu le petit garçon alors qu'ils jouaient ensemble gentiment, mais je n'étais pas assez près pour savoir lequel des deux a commencé à mordre l'autre.
  • Vous refusez de régler mon incendie sous prétexte que je n'ai pas payé ma prime. Je vous rappelle pourtant que, l'année der-nière, j'avais payé ma prime sans avoir d'incendie. Où est la justice là-dedans?
  • Préférez-vous que je vous règle mon assurance incendie avec un mois de retard ou que je vous adresse un chèque sans provision?
  • J'ai frappé un camion stationné qui venait dans l'autre sens.
  • Un camion a reculé dans mon pare-brise et dans le visage de ma femme. L'homme prenait toute la rue et j'ai dû effectuer de nombreuses manoeuvres avant de le frapper. En voulant éviter de frapper le pare-choc de l'auto qui me précédait, j'ai écrasé un piéton.
  • Je conduisais ma voiture depuis quarante ans lorsque je me suis endormi au volant et que j'ai eu cet accident! Une voiture inviible est arrivé de nulle part, a frappé mon véhicule et est disparue.
  • Le poteau de téléphone s'approchait rapidement, j'ai essayé de l'éviter mais il a frappé l'avant de ma voiture.
  • J'étais certain que le vieil homme ne se rendrait jamais de l'autre côté de la route, alors je l'ai frappé.
  • Je viens d'acheter un camion en remplacement de mon ancien qui est décédé sur la table d'opération de mon garage local. La cause est un cancer généralisé qui s'était développé dans la transmission, l'embrayage et les freins. Il est mort à l'âge respectable de 11 ans et 338424 km parcourus (sans accidents) et laisse dans le deuil, outre son propriétaire, les nombreux clients qui n'ont pas été livrés à temps (sic!). La dépouille sera exposée en arrière du magasin pour environ une semaine; après quoi, elle sera écrasée.
  • L'automobile a freiné devant moi. J'ai ralenti. Il a stoppé. J'ai freiné. Il est reparti. J'ai redémarré. Il a freiné de nouveau. J'ai levé le pied aussitôt. Il regardait à droite. Je regardais devant moi. Tout ça pour vous dire que j'ai fini par le heurter à l'arrière.
  • Depuis mon accident, j'étais le patient le plus patient de mon médecin traitant, mais si vous tardez à m'envoyer un chèque, je serai le plus impatient de vos clients.
  • Je vous adresse sous pli la facture que vous m'avez réclamée. Si vous ne la recevez pas, vous voudrez bien me le faire savoir. Jusqu'à présent, nous étions fait pour nous entendre: je vous payais mes primes, vous me remboursiez mes accidents. Mais si, maintenant, vous me cherchez noise pour une quittance réglée avec retard, où allons-nous?
  • Ma fausse sceptique a débordé occasionnant des dégâts. Je m'interroge sur la compétence du maçon qui a réalisé les travaux.
  • J'ai été verbalisé sous prétexte que le certificat d'assurance apposé sur mon pare-brise était périmé. La marée-chaussée m'agresse, les portes de votre agence sont closes le lundi matin; quant à moi je suis saisi d'un doute: être ou ne pas être assuré!
  • Tout d'abord je vous dis bonjour, ensuite je vous dis que je vous écris pour vous dire qu'une dame m'a dit que j'avais éraflé sa voiture avec mon vélo.
  • Depuis l'accident, j'ai des mots de tête.
  • Vous savez que je ne suis pas un homme à histoire. Je n'ai pas protesté quand le chien d'à côté a sauté à la tête de mon fils et lui a fait tomber ses lunettes. Je les ai réparées tant bien que mal avec de la crazy glue mais j'en ai trop mis, ça a coulé sur les verres et depuis, mon fils n'arrête pas de loucher. Pensez-vous que je puisse me faire payer des lunettes neuves par le propriétaire du chien?
  • Ma voiture a subi d'importants dommages corporels.
  • Etant chômeur et sans secours, je me suis ramassé un peu de tôle dans la cour à ferraille pour faire manger les enfants. Ma mère est bien malade. Elle a mal aux jambes et ne peut descendre l'escalier pour les changer.
  • Il a perdu son épouse le 17 écoulé. Il a également perdu le numéro de dossier.
  • Me voici avec ma plume. Je prends un moment de silence pour vous envoyer un mot.
  • Louis a décédé le 2 mars et énuméré le 4 du même mois. (sic!)
  • L'expert s'est décommandé. Il a remis sa visite ciné die.
  • On l'a trouvé mort dans un état grave.
  • Il s'agit d'un témoin fort respectable et tout à fait digne de bonne foi. Je signale du reste qu'il était fort bien mis, portant cravate et costume croisé.
  • Je dois vous dire que les gendarmes m'ont posé des questions indiscrètes, du genre: D'où veniez-vous? Où alliez-vous? Avez-vous bu quelques verres? Avez-vous regardé à droite et à gauche avant de franchir le carrefour? Votre passagère est-elle un membre de votre famille? etc. Vous avouerez que c'est beaucoup de curiosité pour de la tôle froissée et que je n'ai pas à soulever le voile de ma vie intime sous prétexte que j'ai bousillé un pare-choc.
  • Je n'ai pas pu freiner à temps et ma voiture a embouti l'autre véhicule. Le conducteur et le passager sont partis immédiatement en vacances avec blessures.
  • La cause indirecte de l'accident est un petit homme, dans une petite voiture, avec une grande gueule.
  • Le pauvre type était partout à la fois. J'ai été obligé de donner plusieurs coups de roue avant de le frapper.
  • J'ai frappé un camion immobile qui venait dans la direction opposée. Pour éviter de frapper le pare-chocs de la voiture devant moi, j'ai frappé le piéton.
  • Dites-moi à quel âge les enfants changent de prix.
  • J'ai dépensé beaucoup pour elle: des lunettes qu'elle sera obligée de porter toute sa vie parce qu'elle a un défaut d'image.
  • En réponse à votre enquête dentaire concernant mon appareil, les dents de mon devant vont très bien mais celles de mon derrière me font mal.
  • Mon mari est pour le moment décédé.
  • Si vous n'augmentez pas mes prestations, je vais être obligé de recommencer à travailler.
  • Depuis que mon mari est mort, il n'y a plus de bêtes sur la ferme.
  • J'ai décidé de ne pas prendre d'assurance responsabilité cette année car je ne vois pas qui pourrait me poursuivre: je suis si inoffensif!
  • Mon grand danois a avalé les boucles d'oreilles en or de ma femme. Elles valent près de 2000$. Elles étaient sur la table de chevet. Le chien les a vues, a bondi et les a avalées. Vous me demandez de vérifier si je ne pourrais pas les retrouver: j'aimerais savoir pendant combien de temps je dois vérifier les excréments de mon chien.
  • Puisque mon assurance de frais médicaux s'étend aux personnes à charge, puis-je réclamer pour mon chien?
  • Pourriez-vous me donner la date d'expiration de mon assurance incendie pour que je sache jusqu'à quand je peux réclamer.
  • Étant sorti de l'hôpital et sur le point de reprendre mes activités professionnelles, je vais à nouveau utiliser ma voiure. À cette occasion, je vous demande de bien vouloir redémarrer mon assurance.
  • À la suite de mon accident du mois dernier, ma voiture a été convoquée par l'expert pour lui montrer ses dommages.
  • Lorsque le feu a pris dans ma cuisine, mon mari n'avait pas terminé ses travaux de peinture: il y avait deux murs blanc sale, un vert propre et le dernier moitié sale moitié vert propre. La fumée a noirci le vert propre et l'eau des pompiers a fait des traces jaunes sur le blanc sale et le plafond (de couleur indéterminée). C'est maintenant toute une histoire de choisir une couleur qui ne jurera pas trop avec le reste. Pouvez-vous en toucher un mot à l'expert?
  • J'ai malheureusement rencontré un trottoir avec ma voiture neuve.
  • Les circonstances de l'accident sont extrêmement claires: mon fils commençait à dévaler la piste quand il a été doublé par l'un de ses skis qui s'était décroché de sa chaussure.
  • Constatant que tous les arbres sur son terrain avaient été coupés par erreur par son nouveau voisin, l'assuré appelle son conjoint et lui déclare encore tout abasourdi: "Chérie, tous nos arbres sont partis!".
  • L'autre voiture a frappé la mienne sans m'avertir de ses plans.
  • J'avais passé la journée à magasiner pour des plantes et je retournais chez moi. En arrivant à une intersection, une haie s'est dressée devant moi, m'a bloqué la vue et je n'ai pas vu venir l'autre voiture.
  • Je me suis tassé sur le bord du chemin, j'ai regardé ma belle-mère, puis nous avons pris le champ.
  • J'ai dit au policier que je n'étais pas blessé, mais en ôtant mon chapeau, j'ai vu que j'avais une fracture du crâne.
  • Le piéton ne savait plus par où passer, alors je suis passé dessus.

4 Dix raisons pour lesquelles les chats valent mieux que les bébés

  • Les vétérinaires travaillent en fin de journée.
  • Votre chat ne dérangera pas tout le monde au cinéma en pleurant.
  • Vous n'avez même pas à emmener le chat avec vous, et si vous ne l'emmenez pas, vous n'avez même pas à vous soucier de savoir si la baby-sitter est libre ce soir.
  • Votre chat ne grandira pas hors de ses mignons mais coûteux habits dans les trois mois.
  • Les chats sont mignons même s'ils n'ont pas pris de bain ce mois-ci.
  • Vous n'avez probablement pas à rester éveillé la nuit à vous demander comment vous allez financer les études à l'université de votre chat.
  • Personne ne vous accusera d'être une mère indigne si vous ne voulez pas nourrir votre chat au sein.
  • Personne ne vous accusera de perversion ou d'abus sexuels si vous caressez votre chat.
  • Philippe De Villiers ne vous accusera pas de détruire les bases morales de ce pays si vous n'êtes pas marié à la mère du chat. En fait, personne ne vous demandera si vous savez qui est le père.
  • Personne ne se posera de questions sur votre capacité à faire votre travail quand ils apprendront que vous venez d'avoir un chat.
  • Et enfin la meilleure raison : Vous n'avez besoin de changer la litière qu'une fois par jour.
  • Si avec ça vous ne décidez pas d'adopter un chat c'est forcément à cause des allocs.

5 Trente ans de prières.

Un touriste est venu passer une semaine à Jérusalem. Il a emménagé dans un hôtel situé à quelques mètres du mur des lamentations. Chaque matin, en sortant de hôtel, il croise un vieil homme qui s'en va prier. Et le soir, lorsqu'il regagne hôtel, il recroise systématiquement le même personnage qui rentre chez lui.

Au bout de cinq jours, le touriste finit par engager la conversation avec le vieil homme: "Je vous ai vu venir chaque jour pour prier ici... Depuis combien de temps passez-vous toutes vos journées ici ?"

Le vieil homme répond aimablement: "Ben ça va bientôt faire 30 ans."

"30 ans de prières !", intervient le touriste, "c'est merveilleux... Et si ce n'est pas indiscret: pour qui priez-vous ?"

L'homme se confie: "Le matin, je prie pour la paix dans le monde et la fraternité entre les hommes.

L'après midi, je prie pour trouver une solution au problème de la famine dans le monde et pour vaincre les maladies de la sur-face de la planète..."

"C'est admirable !", remarque le touriste avant de demander: "et qu'est ce que vous ressentez quand vous priez dans ce lieu sacré ?"

Et le vieil homme: "Bah... J'ai l'impression de parler a un mur."


6 Logique.

Un homme qui vient d'emménager avec sa famille va poliment se présenter à son nouveau voisin. Ce dernier engage la conversation: "Alors, quel est votre boulot ?"

L'homme répond: "Je suis professeur de logique à l'université de la ville."

"Ouah", répond l'autre, "professeur de logique, c'est un beau métier mais... ça consiste en quoi au juste ?"

Le nouvel arrivant explique: "Ben je vais vous donner un exemple: je vois que vous avez un chien, j'en déduis que vous avez un foyer..."

Le voisin acquiesce: "Oui, en effet, et alors ?"

Le professeur: "Si vous avez un foyer, j'en déduis que vous êtes marié..."

Le voisin confirme: "Ben oui, en effet, j'ai une femme qui s'appelle Marie."

Le professeur: "Et en poussant le raisonnement,comme vous êtes marié, j'en déduis que vous êtes hétérosexuel."

Le voisin bouche bée répond: "Dans le mille ! C'est vrai, je suis hétérosexuel."

Le professeur: "Mon rôle c'est donc de partir d'un constat pour en déduire des évidences logiques..."

Le voisin n'en revient pas et, après avoir pris congé de son hôte, il va retrouver ses camarades au bistrot et leur annonce que son nouveau voisin est professeur de logique.

L'un des convives, intrigué, demande: "c'est quoi comme boulot Ça ?"

"Tu vas voir", répond le bonhomme. "Je prends un exemple: Est ce que tu as un chien ?" L'autre: "ben non." "Et ben alors, t'es pédé..."


7 Définitions :

"TRAVELO du brésilien [Chän-fron-Lamour] Femme à poils "Les escarpins, vous les avez en 44 ?" (Amanda Lear)"

"Métamorphose: L'escargot géant trouvé hier soir dans un camping de Roubaix n'était en fait qu'un campeur fou avec une passoire sur la tête qui dormait, allongé sous sa caravane en bavant."

"VERGE n.f. [Neu] Partie de l'ancre d'un bateau

-Capitaine je coule !

-Accrochez-vous à ma verge, moussaillon ! (Tintin à Haddock)"

"Fait divers: Delgado, l'homme qui a commis plusieurs viols en région parisienne et qui porte le même nom qu'un coureur cycliste, a été condamné à 20 ans de réclusion et élu meilleur grimpeur de la région."

"YACK n.m. [Yak !] Ruminant au corps massif à longue toison soyeuse "J'ai une cote pas possible au Tibet" (Demis Roussos)"


8 Au cabaret.

Dans un cabaret parisien, le ventriloque fait son entrée sur scène, avec, sur son bras gauche, une drôle de marionnette qui sifflote joyeusement. L'artiste entame son numéro et, pointant l'index vers la marionnette, s'adresse au public: "permettez-moi de vous présenter mon ami Fifi..."

Les gens applaudissent et le ventriloque poursuit: "alors, Fifi, qu'est ce que tu nous proposes ce soir ?"

La marionnette répond avec une voix nasillarde: "Je vais vous raconter une histoire belge..."

Dans la salle, un spectateur se lève brusquement et, rouge de colère, il crie: "c'est un scandale... Vous, les Français, vous vous moquez toujours denous autres les Wallons... arrêtez ça tout de suite !"

Le ventriloque, surpris, interrompt le numéro et explique: "Mais Monsieur, c'est un spectacle comique... Ne prenez pas ça trop sérieusement."

Le spectateur réplique: "Eh toi le grand, ferme-là ! C'est au petit à coté que je suis en train de parler !"


9 Us et coutumes

À l'image des Français qui jettent du riz sur les mariés, les Chinois jettent des bérets.

Pampers : Une employée licenciée après avoir fait une fausse couche.

Cuisine [zine-kuy] : Endroit où l'on trouve les femmes.

"Et alors là, c'est la cuisine" (Landru)

La Vie du Rail

Un jeune publicitaire complètement décalqué qui suivait la ligne de chemin de fer Dijon-Lyon à quatre pattes avec une paille dans le nez est mort explosé, un TGV dans le fion.

"Les risques du métier:

Son menton a soudainement quitté la paume de sa main droite posée grâce à un coude et sa tête est venue frapper lourdement le bureau. Une fois de plus, un fonctionnaire s'est tué au travail."


10 Batman.

C'est un mec bourré qui sort d'un bar. Il est complètement éméché. Il voit de l'autre côté de la rue une bonne sœur, traverse la rue en titubant et arrive face à elle.

A ce moment, sans prévenir, il lui envoie un direct dans la figure et avant que la bonne sœur ait eu le temps de réagir la finit avec un crochet au menton. La bonne soeur s'écroule KO.

L'ivrogne s'écarte alors de la bonne sœur et lui dit : "Tu me déçois, Batman !"


11 L'ivrogne.

Un ivrogne, tenant à peine sur ses jambes, s'affale sur le comptoir d'un bar de nuit parisien. Le seul autre client du bar, également en état d'ébriété, lui tape sur l'épaule et l'interpelle: "Eh l'ami, de quelle ville es-tu ?"

Le premier répond: "Je viens de Bordeaux... Et à Bordeaux, on sait boire !"

L'interlocuteur sursaute: "Pas vrai ? Sais-tu que moi aussi je suis de Bordeaux ? Et quel ‚âge as-tu ?"

L'ivrogne réfléchit et lance: "J'ai 35 ans, je suis né en mai 1964 !"

"Pas possible... Moi aussi, 15 mai 1964 ! Eh l'ami, à quelle école as-tu donc été quand tu étais petit ?" Le premier prend de longues secondes pour finalement dire: "A école Jean Jaurès. Ne me dis pas que toi aussi..." "Eh ben si, figure toi, Jean Jaurès aussi !", précise l'autre avant de scander à l'adresse du barman: "tournée générale en l'honneur de mon nouveau pote !"

À ce moment-là, un habitué entre dans le bar et lance au barman: "alors quoi de neuf patron ?"

L'homme derrière le comptoir: "Pas grand chose, les jumeaux sont bourrés comme d'habitude."


12 Le sexe de l'ordinateur !

Depuis que Michou joue avec un Joystick, il s'est toujours demandé si un ordinateur faisait référence à un objet de type féminin ou de type masculin.

Il posa la question à un groupe d'expert l'un constitué de femmes,l'autre d'hommes.

Il leur fallait trouver pour chaque groupe 4 raisons pour justifier le genre féminin ou masculin d'un ordinateur.

Le groupe de femmes conclut que l'ordinateur était du genre masculin pour les raisons suivantes :

1) Pour capter son attention il faut l'allumer,

2) Il a plein d'informations mais aucune imagination,

3) Il est supposé vous aider mais la moitié du temps il est LE problème,

4) Dès que vous vous engagez avec un vous réalisez que si vous aviez attendu un peu plus longtemps vous auriez eu un modèle plus performant.

Le groupe d'homme arriva a la conclusion que l'ordinateur était du genre féminin pour les raisons suivantes :

1) Personne, sauf son créateur, ne comprend sa logique interne,

2) Le langage natif qu'il utilise pour dialoguer avec un autre ordinateur est incompréhensible de tous,

3) La moindre plus petite erreur est stockée en mémoire pour être ressortie au moment le plus inopportun,

4) Dès que vous vous engagez avec un vous découvrez que vous devez dépenser la moitié de votre salaire en accessoires.


13 La femme enceinte.

Une jeune femme, enceinte de trois mois d'un premier enfant, se présente chez son gyneco.

L'examen de routine a l'air de se passer pour le mieux. La jeune femme demande avec une certaine timidité:

"Mon mari veut absolument savoir..." Le docteur l'interrompt:

"Oui, je sais, le sexe de l'enfant..."

"Non, non, c'est pas ça..."

Le docteur lui coupe à nouveau la parole:

"Ah oui, on me pose la question tout le temps; il veut savoir si vous pouvez continuer à avoir des relations de couple normales..."

"Non, non, c'est toujours pas ça", reprend la jeune femme.

"Mon mari veut absolument savoir si je peux continuer à tondre la pelouse et descendre les poubelles..."


14 Cruel.

Noyade : Alors qu'il croyait entendre marcher sur le toit, un jeune appelé alcoolique a tiré en direction du plafond. Bilan: 32 morts par noyade, dont le commandant du sous-marin.

Drame des trottoirs: Un chihuahua qui faisait tranquillement ses besoins a été happé par une motocrotte.

Cruauté :

  • [Do-ro-thée]Tendance à faire souffrir
  • "Tiens, je t'ai acheté le dernier disque des Muscles "(un ancien ami)

15 Brèves de Michel Audiard 

  • La fréquentation des salons m'a appris une chose: à ne plus chercher à acheter au coin des rues ce que l'on trouve gratuitement auprès des femmes du monde.
  • Je suis pour les titres longs. Si à la recherche du temps perdu s'était appelé simplement Albertine, ce serait moins bon.
  • Les cons ça osent tout. C'est même à ça qu'on les reconnaît
  • Conduire dans Paris, c'est une question de vocabulaire.
  • La police, c'est comme la Sainte Vierge. Si elle n'apparaît pas de temps en temps, le doute s'installe.
  • J'ai été enfant de chœur, militant socialiste, et bistrot. C'est dire si j'en ai entendu des conneries...
  • Quand on mettra les cons sur orbite, t'as pas fini de tourner !
  • A travers les innombrables vicissitudes de la France, le pourcentage d'emmerdeurs est le seul qui n'ait jamais baissé.
  • On est gouverné par des lascars qui fixent le prix de la betterave et qui ne sauraient pas faire pousser des radis.
  • Les conneries, c'est comme les impôts, on finit toujours par les payer.
  • A mon avis, dans la guerre, il y a une chose attractive, c'est le défilé de la victoire. L'emmerdant, c'est avant.

16 Perles des assurances

  • En vous remerciant par avance, je reste dans la tente de votre chèque de règlement.
  • Je viens, par la présente, vous déclarer un accident qui, pour être banal, n'en est pas moins inhabituel.
  • L'incendie a pris dans la cuisine, mais, lorsque les pompiers sont arrivés, le feu était déjà circoncis.
  • J'ai pris contact avec votre répondeur et celui-ci m'a aimablement conseillé de vous écrire.
  • Mon assurance incendie couvre mon mobilier pour une somme illimitée, mais je m'aperçois que la cotisation est également sans limite.
  • En décembre 1992, j'avais cassé mon pare-brise et vous aviez gelé mon bonus, je viens d'avoir un autre accident à la fin d'août: est-ce que le gel marche aussi pendant l'été?
  • En repoussant un chien tenu en laisse par son maître, je me suis fait mordre par ce dernier.
  • Mon mari s'est toujours bercé au même endroit et il a perforé le tapis.
  • A la suite d'une querelle, une de mes chambreuse s'est fait arracher un sein (elle avait omis de nous dire qu'elle portait une prothèse).
  • J'ai un bris de pare-brise, mais je connais le coupable: le garagiste l'a fracturé lorsqu'il a enlevé toutes les vitres de mon auto pour la repeindre.
  • Mon fils va prendre des cours pour piloter un petit avion. Je voudrais savoir si les assurances que j'ai chez vous le garantissent contre le vol?

17 L'enterrement.

Une dame vient de mourir et aujourd'hui, c'est son enterrement.

Après la cérémonie religieuse, les employés du service de pompes funèbres transportent le cercueil hors de l'église jusqu'au corbillard. Mais à la sortie, les porteurs évaluent mal la trajectoire et heurtent violemment le mur de l'église avec le cercueil.

Celui-ci tombe violemment sur le sol, provoquant une stupéfaction générale. Et dans la confusion qui s'en suit, l'un des croque-morts entend un gémissement plaintif qui semble venir du cercueil...

On décide donc de l'ouvrir et on découvre que la femme est encore bel et bien vivante. Elle vit d'ailleurs une bonne dizaine d'années et meurt.

Une nouvelle cérémonie est donc organisée à la même église. Et au moment ou les employés des pompes funèbres transportent le cercueil hors de l'église, ils entendent le veuf hurler en paniquant :

"Faites gaffe à ce foutu mur !"


18 Le Capitaine Courage

Le Capitaine Courage était une légende des cons. Il n'avait, parait-il, jamais connu la peur. Un jour, au large des côtes d'Espagne, il avait croisé un navire de pirates et, se préparant à la bataille, il avait réclamé à voix haute à l'un de ses marins: "Qu'on m'apporte ma chemise rouge !".

Devant tout l'équipage, il enfila sa chemise et, quelques heures plus tard, remporta la victoire. Une autre fois, on entendit le veilleur, perché sur son mat, crier: "Alerte, alerte ! Deux navires pirates à bâbord. Nous les croiserons dans 25 minutes !".

Le Capitaine réagit immédiatement: "Qu'on m'apporte ma chemise rouge !". Et après une lutte sanglante et un abordage brutal, il célébra une nouvelle victoire à la tête de ses hommes.

Cette chemise rouge était devenue un mystère. Un jour, le second du navire se hasarda à demander au Capitaine Courage: "Mais pourquoi cette chemise rouge, Capitaine ?"

Le fier officier répondit haut et fort: "Si je suis blessé pendant l'assaut, mes hommes ne s'en apercevront pas et donc conserveront leur ardeur au combat..." Et tout l'équipage applaudit.

Quelques jours plus tard, une flotte de navires pirates est signalée par le veilleur: "Alerte, alerte ! Douze bâtiments ennemis a tribord. Nous les croiserons dans 20 minutes !"

Le Capitaine cria aussitôt à l'attention de son second: "qu'on m'apporte mon pantalon marron !"


19 Lettre à BELGACOM.

Cher Monsieur,

J'ai l'honneur d'accuser réception de votre lettre du 12 avril dernier par laquelle, pour la troisième fois, vous me réclamez le remboursement de l'argent que je vous dois. Sachez tout d'abord que je ne conteste pas cette dette et que j'ai l'intention de vous rembourser aussi tôt que possible.

Mais d'autre part, je vous signale que j'ai encore beaucoup d'autres créanciers, tous aussi honorables que vous, et que je souhaite rembourser aussi.

C'est pourquoi, chaque mois, je mets tous les noms de mes créanciers dans un chapeau et en tire un au hasard que je m'empresse de rembourser.

J'ose espérer que votre nom sortira bientôt. Entre-temps, je vous prie d'agréer, Monsieur, l'assurance de mes sentiments distingues.

Signature

P.S. : Votre dernière lettre étant rédigée de manière fort peu courtoise, j'ai le regret de vous faire savoir que vous ne participerez pas au prochain tirage.


 

20 Colonie de vacances.

Dans une colonie de vacances pour adolescents, une nouvelle monitrice demande au directeur :

  • Pourquoi est-ce qu'on met les garçons d'un coté du lac et les filles de l'autre ?
  • Fiez-vous à mon expérience : avant la fin des vacances ils sauront tous nager !

21 Natation encore.

Trois hommes s'inscrivent à un concours de natation pour handicapés.

Le premier n'a pas de bras, le second n'a pas de jambes, quant au troisième, il n'a pas de corps, rien qu'une tête. Ils s'alignent sur les plongeoirs, "Bang !" fait le pistolet, puis "splash", les voilà tous dans la flotte. Le manchot prend instantanément la première place, serré de près par le cul-de-jatte (j'ai failli dire "talonné" !). L'homme-tête coule comme un plomb.

Dix longueurs de bassin plus tard, le cul-de-jatte, est vainqueur. Il voit des bulles qui remontent du fond de la pistoche, devine que c'est l'homme-tête qui est en difficulté, et décide d'aller à sa rescousse.

Il replonge, attrape l'homme-tête, remonte à la surface, et le repose sur le bord de la piscine. L'homme-tête recrache l'eau de Javel, tousse, s'étrangle, puis finit par s'exclamer:

"Tu passes trois ans à t'entraîner à nager avec tes putains d'oreilles, et trente secondes avant le départ, y a un connard qui te fout un bonnet de bain !"


22 Préservatifs.

Une femme rentre dans une pharmacie et demande à l'épicier si il vend des préservatifs 'Taille maxi'.

Le pharmacien lui répond : "Oui, bien sûr madame. Vous en voulez une boite de dix ou de cinquante?"

Et la femme: "Heu, ça ne vous dérange pas si j'attends ici qu'un de vos clients vienne en acheter?"


23 Le programmeur et le bug de l'an 2000.

Richard était un programmeur COBOL dans les années 80. Lorsque les années 90 arrivèrent (après que les unixiens, les développeurs de Web site et les spécialistes du Client/Serveur se soient moqués de lui en l'appelant dinosaure pendant des années), il eu enfin quelque respect de la part de ses pairs. Il devint un consultant indépendant sur le passage à l'an 2000.

Il travaillait sur des missions d'audit et de conversion du système d'information, voyageant par monts et par vaux. Il travaillait 70, 80 et même 90 heures par semaine, mais il faisait avec.

Cependant, après quelques années sans repos, ce travail débilitant fit disjoncter Richard.

Il eut des problèmes de sommeil et commença à avoir des cauchemars à propos de l'an 2000. Il avait atteint un point de non-retour où la moindre discussion entre collègues sur l'an 2000 pouvait le rendre violent. Il devait sûrement souffrir d'une sorte de dépression nerveuse, car il commençait à envisager d'éviter l'an 2000, et toutes les conséquences qui allaient avec.

Vers la fin de l'année 1998, Richard décida de contacter une entreprise californienne spécialisée dans la cryogénie. Il signa un contrat pour être congelé jusqu'à l'an 2001, avec leur tout nouveau processus automatique de réveil (très très cher). Il était terrifié.

La seule chose qu'il avait en tête était qu'il allait se réveiller en 2001, juste après le nouvel an et la débâcle des ordinateurs, juste après l'année du saut, et les plâtres auront été essuyés. Rien d'autre en tête que d'espérer en sortir vivant.

Il fut mit dans un réceptacle cryogénique, les techniciens ajustèrent le jour et l'heure de réveil, et lui injectèrent quelque produit pour ralentir son rythme cardiaque et respiratoire vers le minimum vital, et ce fut tout.

La première image que Richard vit en se réveillant fut une pièce énorme et très moderne, remplie d'une foule en liesse.

Ils criaient tous "Incroyable" et "Il est vivant !". Il y avait des caméras (il n'en avait jamais vu de telles auparavant) et des appareils sortis tout droit des films de science fiction.

Quelqu'un qui semblait être un porte-parole s'avança. Richard débordait d'enthousiasme : "ça y est !" se demanda-t-il. "Sommes-nous en 2001 ? En est-ce fini de ces histoires de millénaire et de situation de crise ?

" Le porte-parole expliqua qu'il y avait eu un problème avec la programmation de la date de réveil de son réceptacle. Le programme n'avait pas pu passer l'an 2000. 8000 années s'étaient écoulées maintenant. Le porte-parole dit à Richard de ne pas déprimer, car quelqu'un de très important voulait lui parler.

D'un seul coup, un mur entier devint un écran sur lequel on vit apparaître l'image d'une personne ayant une ressemblance frappante avec Bill Gates. Cet homme était Premier ministre de la terre. Il dit à Richard de ne pas être bouleversé, que la paix régnait sur terre et qu'il n'y avait plus de famine.

Il ajouta que le programme spatial avait été réinstauré et qu'il y avait des colonies sur la Lune et sur Mars. Il raconta que la technologie avait tellement progressé que tout le monde avait une interface virtuelle permettant de contacter quiconque était sur la planète ou de regarder n'importe quel événement sportif ou d'assister à des concerts à l'autre bout du monde.

"C'est terrifiant" dit Richard.

"Mais, dites-moi, pourquoi mon réveil est-il un tel événement ?"

"Et bien", dit le premier ministre, "L'an 10000 approche, et votre dossier indique que vous savez programmer en COBOL...."


24 Toto.

En pleine nuit, Toto est réveillé par du bruit dans la maison. Il sort de son lit et va voir ce qui se passe. Les bruits viennent de la chambre de ses parents alors il ouvre la porte, et que voit-il? Papa et maman en train de faire l'amour. Comme il ne comprend pas ce qui se passe, il demande d'une voix anxieuse:

"- Papa..; Maman... qu'est-ce que vous faites?"

Le père s'arrête aussitôt et s'assied sur le lit en tentant tant bien que mal de cacher son bâton de joie:

"- Heu..., tu vois Toto, tu nous avais dit que tu voulais un petit frère, hein?"

"- Oui...", répond timidement Toto

"- Eh bien, j'étais en train de placer un petit frère dans maman pour toi. Voilà!"

Toto est ravi et retourne se coucher dans sa chambre satisfait. le papa est lui heureux lui aussi de s'en être tiré aussi bien.

Le lendemain au retour du travail, le papa trouve Toto assis sur la pelouse en train de pleurer.

"- Qu'est-ce qui se passe Toto? Pourquoi tu pleures?"

Toto répond en pleurnichant:

"- Pa, sniff, Pa! Tu sais, tu m'avais dit...*sniff* ... tu m'avais dit que tu avais mis un petit frère dans le ventre de maman...."

"- Oui, eh alors?", demande le papa nerveusement...

"- Eh bien, *sniff* , ce matin, le facteur est venu et il l'a mangé!


25La femme parfaite.

Il était une fois un homme parfait et une femme parfaite qui se rencontrèrent.

Après s'être fait la cour, ils se marièrent. Leur union était bien sûr parfaite. Une nuit de réveillon de Noël, ce couple parfait conduisait leur voiture le long d'une route déserte, lorsqu'ils remarquèrent quelqu'un en détresse sur le bord de la route.

Étant parfaits, ils s'arrêtèrent pour donner leur aide. La personne en détresse était le père Noël, avec sa hotte remplie de cadeaux.

Ne voulant pas que des milliers d'enfants soient déçus une veille de Noël, ils prirent le père Noël et ses jouets à bord de leur voiture parfaite, l'accompagnèrent pour la distribution des cadeaux. Malheureusement, à cause du mauvais temps le couple parfait et le père Noël eurent un accident.

Seulement l'un d'entre eux survécu à cet accident, lequel ?

La femme parfaite a survécu.

En fait, c'est la seule personne de cette histoire qui existe vraiment car tout le monde sait bien que le père Noël et l'homme parfait n'existent pas.

 

Les femmes s'arrêtent de lire à partir d'ici, c'est la fin de la blague pour elles !


Les Hommes peuvent continuer à lire la suite de l'histoire :

Donc si le père Noël n'existe pas, pas plus d'ailleurs que l'homme parfait, la femme parfaite devait forcément conduire : CECI EXPLIQUE BIEN L'ACCIDENT !

D'autre part, si vous êtes une femme et que vous êtes en train de lire ceci, nous sommes en train d'illustrer une autre vérité: c'est que les femmes n'écoutent jamais ce qu'ont leur dit.


26 Salon de coiffure.

Dans un salon de coiffure, le patron accueille un prêtre pour une coupe de cheveux. Alors que le religieux sort son porte-monnaie, le coiffeur insiste:

"Mon père, c'est toujours un honneur pour moi de recevoir un homme de Dieu. Je tiens à vous offrir gracieusement ce service. J'espère seulement que vous pourrez prier pour moi !"

Le prêtre le remercie chaleureusement et s'en va. Mais le lendemain, en ouvrant sa boutique, le coiffeur découvre sept pièces sonnantes et trébuchantes devant sa porte...

Il accueille alors un moine bouddhiste qui tient à se faire tondre le crâne. Et comme la veille, à l'issue de la prestation, il déclare: "Maître, c'est toujours un honneur pour moi de recevoir un homme de Dieu. J'aimerais vous offrir cette tonsure. J'espère seulement que vous pourrez prier pour moi !

" Le bonze accepte l'offrande mais le lendemain, en ouvrant sa boutique, le coiffeur découvre sept petites perles posées devant sa porte.

Un peu plus tard ce jour-là, le coiffeur accueille un rabbin et lui confie: "Monsieur le rabbin, c'est toujours un honneur pour moi de recevoir un homme de Dieu. J'aimerais vous offrir cette coupe de cheveux dans l'espoir que vous pourrez me consacrer l'une de vos prières."

Le religieux accepte en souriant et prend congé mais le lendemain, en ouvrant sa boutique, le coiffeur découvre sept rabbins devant sa porte.


27 Check-up.

Un homme se présente chez son médecin traitant pour procéder à son check-up annuel. Les résultats des examens se révèlent tous excellents.

Le docteur déclare alors: "Monsieur, vous êtes en excellente santé, pas le moindre petit ennui à l'horizon, je vous félicite."

Le patient répond: "Dans ce cas est-ce que je peux vous demander quelque chose, Docteur."

"Dites, mon ami", répond aimablement le généraliste.

"Docteur", dit l'homme, "je voudrais me faire stériliser..."

"Une vasectomie ?", reprend le médecin, "C'est une décision lourde de conséquence. En avez-vous au moins parlé à votre famille ?

"Oui", répond le client, "on a voté hier soir a la maison. Ils ont gagnés par 11 voix contre 3."


28 LE BÊTISIER DE LA GENDARMERIE

  • Nous avons donc pu constater qu'il n'y avait rien à constater.
  • Ses explications étaient si embrouillées que nous avons du le relâcher faute d'avoir la preuve que nous pouvions comprendre ses explications.
  • L'homme a menacé l'adjudant que si on le prenait sur ce ton, lui aussi le prendrait sur ce ton.
  • C'est la pluie qui empêcha le brigadier de s'apercevoir qu'il s'était mis à neiger.
  • Quand le contrevenant a crié : " Espèce de gros con ! " dans son dos, le brigadier de service a aussitôt cru se reconnaître et a verbalisé.
  • L'homme, qui était aussi sourd que son épouse, ne semblait pas s'entendre très bien avec elle.
  • L'homme niant toute culpabilité, nous l'avons arrêté ...
  • Le suspect s'est alors décidé à passer des aveux complets pour nous prouver qu'il n'était pour rien dans cette affaire.
  • L'homme nous déclara qu'il avait effectivement frappé son adversaire avec la manivelle mais en faisant bien attention à ne pas lui faire mal.
  • L'homme avait essayé de cacher l'arme dans ses bottes, malheureusement pour lui, il s'agissait d'un fusil dont la longueur dépassait.
  • Le trou de balle était si gros que nous avons pu y mettre deux doigts...
  • L'animal n'a fait qu'une bouchée de la carrosserie du véhicule.
  • L'homme a insisté pour nous printer son préjudice qui ne mesurait en fait pas plus de dix centimètres...
  • Le plaignant, visiblement en état d'ébriété, prétendait s'appeler Jésus et signa le formulaire d'une croix.
  • Si nos gendarmes n'étaient pas intervenus, le viol n'aurait sûrement jamais eu lieu ...
  • Pour finir, l'interpellé avoua le vol ainsi que quelques autres meurtres.
  • Si l'appel n'a pas obtenu de réponse, c'est qu'il est parvenu au poste vendredi en fin de matinée alors que le permanent de service venait de partir se coucher comme tous les jours à la même heure.
  • Arrêté par les gendarmes, le voleur les a menacés d'appeler la police.
  • Il est à noter que les deux véhicules sont entrés en collision l'un avec l'autre exactement le même jour.
  • En nous priant d'accepter ses excuses, l'homme nous affirma que ses injures étaient bien l'expression de sa pensée et que l'incident était donc clos.
  • Malgré un taux d'alcoolémie de 3.8 g, le conducteur avait gardé toute sa lucidité pour écraser l'animal.
  • Sous le coup de la colère, l'homme mangea une pomme en ricanant...
  • C'est à l'intersection des deux routes que le mur a violemment heurté la voiture.
  • Le cadavre ne semblait pas en possession de toutes ses facultés.
  • Un violent coup de marteau l'avait cloué au lit depuis deux jours.
  • Le pendu est mort noyé.
  • Comme il devait être pris en charge au plus vite par un asile d'aliénés, il a été conduit à la gendarmerie.

29 Le bêtisier des recruteurs

Un jour ou l'autre, tout le monde a du subir un entretien d'embauche.

Dans ces cas là, on pense surtout à ce qu'il NE FAUT PAS FAIRE...

Ne pas ronger ses ongles, ne pas gigoter sur sa chaise, ne pas interrompre, ne pas roter ou pire etc, évidemment, toutes ces attitudes sont censées nous disqualifier automatiquement. Et bien, on est loin du compte.

Voici le bêtisier et les pires gaffes commises par les postulants à un emploi rapporté par un cabinet de recrutement.

  • * "... a dit qu'il était tellement qualifié que si il n'était pas embauché, ce serait la preuve que le management de l'entreprise est incompétent."
  • * "... s'est couché a plat ventre sur le sol pour remplir le questionnaire personnel."
  • * "... a amené son Rottweiler avec elle pour l'entretien."
  • * "... mâchait du chewing-gum constamment et tentait même de faire des bulles."
  • * "... n'a pas arrêté de rire bêtement pendant l'entretien"
  • * "... portait un casque de baladeur sur les oreilles et m'a certifié qu'elle pouvait très bien écouter la musique et mes questions en même temps"
  • * "le candidat, chauve, s'excusa et sorti brutalement, l'air affolé. Revint pour terminer l'entretien quelques minutes plus tard, portant une moumoute."
  • * "Le candidat tenta de défier le recruteur dans un combat au 'bras de fer'"
  • * "... demanda a voir le CV du recruteur pour être sur que le chef du personnel était compétent"
  • * "... la candidate annonça qu'elle n'avait pas déjeuné et commença à manger un hamburger et des frites dans le bureau du recruteur"
  • * "... le candidat resta debout et marcha de long en large sans dire un mot pendant plusieurs minutes"
  • * "Le candidat portait un jogging alors qu'il passait un entretien pour un poste de vice-président financier."
  • * "jura que, si il était selectionné pour le poste, il se ferait tatouer le logo de l'entreprise sur l'avant-bras en gage de sa loyauté"
  • * "Demanda à interrompre l'entretien, le temps qu'il appelle son psychanalyste pour lui demander ce qu'il devait répondre à certaines questions personnelles"
  • * "... a prétendu ne pas vouloir se lever se son siège à la fin de l'entretien, sauf si je lui disais qu'il avait le poste. J'ai du appeler la police."
  • * "Lorsque je lui ai demandé quels étaient ses hobbies, il s'est levé et a commence a faire des claquettes dans le bureau."
  • * "... s'est baissé sur la moquette et l'a observée de près. Il m'a ensuite félicité car d'après lui l'épaisseur de la moquette marquait la reconnaissance témoignée par la compagnie à mon égard."
  • * "... a sorti un Polaroïd et m'a pris en photo. Il a dit qu'il collectionnait les photos de toutes les personnes qui lui faisaient passer un entretien."
  • * "Le candidat m'a dit qu'il n'était pas intéressé car le poste était trop bien rémunèré."
  • * "pendant l'entretien, la sonnerie d'un réveil s'échappa de l'attaché-case du candidat. Il sorti ce réveil, il coupa la sonnerie et s'excusa de partir car il devait passer un autre entretien."
  • * "La sonnerie du téléphone portable du candidat retentit. L'appel était de sa femme. Le candidat dit les phrases suivantes: "Quelle compagnie ? Quand est-ce que je commencerai ? Quel est le salaire?" à ce moment, j'ai dit : "Je suppose que vous n'êtes plus intéressé à poursuivre cet entretien plus avant." Il répondit tout de suite : "Si bien sûr, du moment que votre offre de salaire est supérieur." Je ne l'ai pas retenu pour le poste, mais plus tard, j'ai su qu'il n'y avait pas d'autre offre d'emploi pour lui.C'était simplement une ruse destinée àfaire monter le salaire proposé."
  • * "La candidate entra dans le bureau en portant une seule chaussure. Elle expliqua qu'elle avait perdu son autre chaussure dans le bus."
  • * "Il retira sa chaussure droite ainsi que sa chaussette, sorti un pot contenant une poudre de sa poche, versa un peu de cette poudre sur son pied et dans sa chaussure. Il expliqua ensuite en remettant sa chaussette puis sa chaussure, que ce traitement était a réaliser quatre fois par jour, et que c'était l'heure."
  • * "Le candidat expliqua qu'il ne voulait pas du travail proposé, mais que l'ANPE avait besoin de preuves qu'il avait effectué des démarches de recherche d'emploi."
  • * "Le candidat sifflotait pendant qu'on lui posait des questions."
  • * "... il demanda qui était ce canon en montrant la photo de ma femme sur mon bureau. Lorsque je lui dit qu'il s'agissait de mon épouse, il voulu savoir si elle était à la maison en ce moment et me demanda mon numéro de téléphone. J'ai appelé la sécurité aussitôt."
  • * "... elle vomit sur mon bureau et tout de suite après me posa des questions sur le poste proposé, comme si rien ne s'était passé."
  • * "montrant une valise noire qu'il avait apporté dans mon bureau, il me dit que si il n'était pas selectionné, cette bombe exploserait. Incrédule, j'étais en train de me dire qu'on en voit vraiment de toutes les couleurs et je m'apprêtais à appeler la police tout en lui disant que le poste n'était pas pour lui. Il alla alors jusqu'à la valise, tourna un interrupteur et se sauva en courant. Personne n'a été blessé mais j'ai besoin d'un nouveau bureau."
  • * "... me demanda si je ne voulais pas 'un peu de coke' avant de commencer l'entretien."

30 Le vendeur.

Le patron d'une boutique de prêt-à-porter revenait d'un déplacement de trois jours en province. Entrant dans son magasin, il s'aperçut que son vendeur avait un épais bandage à la main...

Il demanda: "Ben qu'est ce qui vous est arrivé mon petit Bernard ?"

Mais le vendeur tout excité: "J'ai une excellente nouvelle, patron. Vous ne le croirez jamais mais j'ai réussi à le vendre !!!"

Le patron s'étonna: "Quoi ? Non... Le costume rose et vert a 500 euros ?"

"Oui..."

"Celui qu'on a en stock depuis sept ans ?"

Le maître des lieux exulte et se confond en compliments: "Vous êtes le meilleur, Bernard.

Trouver un pigeon prêt à payer pour un truc aussi hideux, c'est tout simplement inouï... Comment avez-vous fait ?"

"Ben j'ai mis l'accent sur la coupe du costume plutôt que sur la couleur...", explique fièrement le vendeur.

"Le client a payé mais, avant de partir, son chien-guide m'a mordu !"


31 Le Suisse

Un Suisse en vacances à Paris décide, puisqu'il est là, d'aller voir "les petites femmes de Pigalle". Il se rend donc sur la dite place et commence à chercher une "petite femme".

- "Bonjour mademoiselle. Dis, combien tu me prendrais ?"

- "Moi, c'est 500 euros mon lapin."

- "500 euros!!! Ça fait cher tu sais, je suis Suisse, j'ai donc pas beaucoup d'argent moi.

Ca rentre pas dans mon budget."

Et il continue sa quête.

- "Bonjour mademoiselle. Dis, combien tu me prendrais ?"

- "Moi, c'est 100 euros !"

- "100 euros ! Ca rentre pas dans mon budget."

- "Bon, alors écoute, vas voir en haut de la rue, j'ai une collègue qui prend pas trop cher, tu verras."

Notre petit Suisse monte donc tout en haut de la rue.

- "Bonjour mademoiselle. Dis, combien tu me prendrais toi ?"

- "Moi, c'est 50 euros"

- "Ha, 50, là ça va. On monte ?"

La petite affaire faite, notre suisse repart. Pris de remords, se disant qu'elle avait dû se tromper, il revient :

- "Dis donc, t'es sure que tu t'es pas trompée, 50 €, ça fait pas beaucoup quand même... "

- "Mais non, c'est 50 eurosparce que ch'suis syphilitique !"

- "Ah, bah si c'est qu'ça, tu sais, moi je suis Helvétique, et c'est pas grave, tant qu'on a la santé !!!"


32 La véritable histoire d'Ève.

Ève vient d'être créée par Dieu et se dirige vers Adam pour faire sa connaissance. Soudain, une envie la fait frémir.

Ève : "Oh! Adam! Prends-moi là, tout de suite!"

Adam : Ouihhh

Ève : "Vas-y Adam! Viens!"

Adam : "Fiche-moi la paix, tu vois bien que je suis occupé !"

Ève: "Allez Adam! Prends-moi vite et fort !!"

Adam : "Bon, si tu ne me fous pas la paix, je te mets une beigne!"

Sur cette réponse plutôt sèche, Ève lui rétorque : "Eh bien, Adam, puisque tu ne veux pas de moi, je vais me farcir le premier venu! (Na!)"

Alors Ève se met en route. Elle se promène quelques minutes et rencontre un dinosaure.

Ève : "Oh! Dino! Prends-moi tout de suite, là par terre!"

Dino : "ouihhh"

Ève : "Vas-y Dino! Viens!"

Dino : "Mais que t'arrive-t-il? Ne vois-tu pas que je suis un dinosaure? Les dinosaures ne font point cela avec une femelle de votre espèce!!"

Ève : "Allez Dino! On s'en fout ! Prends-moi vite et fort!"

Dino : "Il n'en est pas question!"

Cette réponse met Ève en colère. Elle saute sur le dinosaure, le griffe, le mord et finalement lui arrache les couilles! Le pauvre dinosaure souffre et s'enfuit pour échapper à Ève.

Celle-ci continue alors sa petite balade et finit par tomber sur un superbe gorille.

Son envie la reprend de plus belle :

Ève : "Oh! gorille! Prends-moi tout de suite, là dans les fourrés!"

Gorille : "???!?"

Ève : "Vas-y gorille! Viens!"

Gorille : "Mais là dis donc! Qu'est-ce qui te prend ? Je suis un gorille et les gorilles ne font pas cela avec une femelle de ta tribu!!"

Ève : "Allez gorille! On s'en fout ! Prends-moi vite et fort !!"

Gorille : "Il n'en est pas question!"

À nouveau, la colère surpasse sa déception et Ève saute sur le gorille, le griffe, le mord et lui arrache les poils du cul! Le gorille prend ses jambes à son cou pour échapper à Ève.

Elle continue alors son chemin. Après quelques instants, elle découvre un lac magnifique entouré d'herbe et de fleurs. Les oiseaux chantent et les poissons sautent hors de l'eau pour attraper les moustiques.

Tout a coup, Ève saute à l'eau, attrape un poisson et assouvit le besoin qui l'avait menée jusque-là.

MORALITÉ DE L'HISTOIRE :

Maintenant on sait pourquoi les dinosaures ont disparus et pourquoi les gorilles n'ont pas de poil au cul!

Mais on ne saura jamais, mais alors jamais, quelle était l'odeur du poisson avant...


33 L'éléphant.

Un couple emmène son enfant de six ans au zoo de Vincennes. Le garnement est particulièrement fasciné par les éléphants. Et pointant vers l'un des pachydermes, il demande à sa mère: "dis maman, c'est quoi ce truc qui pend ?"

La jeune femme dit: "Ben, c'est sa trompe."

"Non", répond l'enfant, "le truc qui pend entre ses pattes arrières ?"

"Ça, c'est rien mon chéri...", répond la mère embarrassée.

Désireux d'obtenir une réponse, le gamin va alors retrouver son papa: "c'est quoi le truc qui pend entre les pattes de l'éléphant ?"

Le père répond: "Tu devrais demander à ta mère..."

Et le gamin: "Je viens de le faire mais elle m'a dit que c'était "rien"..."

"Ça m'étonne pas...", remarque le père, "je crois qu'elle a été trop gâtée."


 

34 L'américain

Un Américain et un Français se retrouvent à des tables contiguës dans une brasserie parisienne. L'Américain mâchonne un chewing-gum consciencieusement, tel un bovin moyen ( vous savez : bouche ouverte, faisant bulle sur bulle en les faisant éclater bruyamment).

Regardant la table du Français, le Yankee demande :

- Quand vous mangez votre pain, vous mangez aussi la croûte ?

- Bien sûr, répond le Français, on mange la mie et la croûte.

L'Américain reprend :

- Eh bien nous, on ne mange que la mie. Le reste on le collecte, et ça repart à l'usine pour être broyé. Ensuite, on en fait des biscottes qu'on vend en France.

- Et les steaks, vous les mangez entièrement vos steaks ?

- Bien sûr, répond le Français, on mange aussi bien la viande que les portions de gras qu'il peut y avoir autour.

L'Américain :

- Eh bien nous, on ne mange que la viande dans le steak. Pour la graisse, on la récupère, et elle repart se faire conditionner en steaks hachés qui seront revendus en France!

À présent, le Français est bien chaud et pas mal énervé. Il demande à l'Américain :

- Dites-moi, qu'est-ce que font les Américains de leurs préservatifs usagés ?

L'Américain :

- Ben, on les jette, évidemment! Pff! Pas vous ?

Le Français :

- Ha non, pas nous! Nous, on les récupère et on les renvoie à l'usine de fabrication où ils sont reconditionnés en chewing-gum que l'on vend aux Américains!